S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Les livres de l'Université Populaire d'Évreux


Archives par mois


 Lutte des classes, guerre sociale,

Conférence du 5 avril 2019 par Denis Collin

  • bureau-up
  • Samedi 30/03/2019
  • 17:23
  • Lu 172 fois
  • Version imprimable


L’État est censé garantir la paix intérieure et la sûreté des citoyens. Mais cette vision irénique est contredite par toute l’expérience historique. Les intérêts sociaux se heurtent plus ou moins violemment à l’intérieur de chaque communauté politique et ces heurts se nomment lutte des classes : l’histoire jusqu’à nos jours est l’histoire de la lutte des classes, affirme Marx. Cette lutte peut prendre des formes presque pacifiques (pétitions, grèves, manifestations) mais souvent, dès que les choses deviennent sérieuses elle tourne à l’affrontement violent. Les grands mouvements historiques ont été de véritables guerres sociales, menées par les dominants contre les classes dominées. Écrasement de la révolte de Spartacus, guerre des paysans en Allemagne, jacqueries, révolutions… Sur le plan intérieur comme sur le plan international, la guerre est bien la continuation de la politique par d’autres moyens, selon le mot de Clausewitz.

→ plus

 Kant et la paix perpétuelle

Conférence de Denis COLLIN / 11 janvier 2019

  • bureau-up
  • Jeudi 03/01/2019
  • 19:04
  • Lu 193 fois
  • Version imprimable


 Vers la paix perpétuelle de Kant paraît en 1795. Le titre allemand est Zum ewigen Frieden qu’on peut traduire aussi par À la paix éternelle. Dans les traductions françaises, on utilise souvent le titre Projet de paix perpétuelle, qui a l’avantage mais aussi l’inconvénient de rappeler l’œuvre de Charles Castel, abbé de Saint-Pierre, auteur au début du xviiie siècle d’un ouvrage au même titre. Dans sa forme le texte de présente comme un projet de traité de paix, prêt à signer en quelque sorte. Mais c’est un véritable traité de philosophie politique et morale dont la portée actuelle ne saurait être surestimée.
 
Conférence de Denis COLLIN / 11 janvier 2019 de 18h30 à 20h30 - Salle des conférences du lycée Aristide Briand d'EVREUX.
 

 Les artistes face à la guerre au 20ème siècle

  • bureau-up
  • Mardi 11/12/2018
  • 12:07
  • Lu 184 fois
  • Version imprimable


Attention, l'Université populaire a déménagé dans la salle de conférence du Lycée Aristide Briand, 2 rue Pierre Sémard

Les artistes face à la guerre au 20ème siècle

 

Vendredi 14 décembre - 18h30 / 20h30

Conférence proposée par Thierry Cattan, professeur de philosophie

Il existe bien des références à la guerre dans les œuvres des artistes du 20ème siècle, preuve s’il en fallait que l’art n’est jamais tout à fait indemne des conditions historiques dans lesquelles il se développe. Toutefois, le fait que tel ou tel artiste ait évoqué dans son œuvre les atrocités de la guerre reste, du point de vue de l’histoire de l’art moderne, assez anecdotique. Nous tâcherons donc d’approfondir notre analyse pour comprendre comment la guerre a pu influer en profondeur sur l’évolution des formes artistiques, comment des styles sont apparus, comment des mouvements se sont créés en réponse aux atrocités de la guerre. L’importance prise par la propagande dans les deux conflits mondiaux du 20ème siècle suffit à prouver qu’il existe bien une forme d’esthétisation de la guerre dont l’influence est loin d’être négligeable. Certains artistes s’y sont laissé emporter, d’autres au contraire l’ont questionnée, voire combattue en remettant radicalement en question les principes de la création.

Les conférences se déroulent au lycée Aristide Briand - Entrée libre et gratuite


Vous trouverez sur le site de l'association http://up-evreux.viabloga.com diverses informations ainsi que les textes des conférences.



 

L'université Populaire d’Évreux est une association loi 1901. Les conférenciers comme les organisateurs sont entièrement bénévoles. Si vous voulez nous soutenir, n'hésitez pas à adhérer et à participer au bureau de l'association.

 Si vous ne désirez plus recevoir nos mails d'information, il vous suffit de nous le signaler par simple retour de mail  

 La droit de la paix et de la guerre

Conférence du 9 novembre 2018 par Denis Collin

  • bureau-up
  • Mercredi 31/10/2018
  • 19:18
  • Lu 306 fois
  • Version imprimable


 L’existence d’un droit de la guerre et par conséquent de la paix est une énigme. La guerre et le droit semblent s’exclure mutuellement. Quand on est dans une situation de guerre, c’est parce qu’il n’y a pas de droit ou que le droit ne peut plus régler les conflits. Le droit ou le force : telle est le dilemme classique. Ajoutons avec Rousseau que la force ne peut faire le droit et que l’expression « droit du plus fort » n’est qu’un galimatias. Néanmoins, la question d’un droit permettant de régler les rapports entre les peuples s’impose si on ne se résout pas à laisser la violence nue. L’idée que les ambassadeurs soient protégés de telle sorte que les négociations entre belligérants puissent avoir lieu est une idée très ancienne. Pour les partisans du « droit naturel », il doit en effet exister des principes de droit communs à toutes les nations et qui devraient donc régir les rapports entre elles. Le feu brûle pareillement chez les Grecs et chez les Barbares disait Aristote. Et en effet, dans la mesure même où il n’existe aucun ordre politique mondial, la seule règle qui puisse régir les rapports entre les nations semble bien devoir être tirée du droit naturel, si un tel droit existe.
→ plus

 Aristide Briand, le "pèlerin de la paix"

Vendredi 12 octobre - 18h30 / 20h30 Conférence proposée par Jean-Michel Guieu, professeur d'histoire

  • bureau-up
  • Jeudi 20/09/2018
  • 10:06
  • Lu 361 fois
  • Version imprimable


Nommé onze fois président du Conseil et vingt-cinq fois ministre, Aristide Briand fait partie des personnalités qui ont le plus marqué la vie politique française du début XXe siècle. Se faisant au lendemain de la Grande Guerre l’interprète de la profonde aspiration à la paix d’une France épuisée et traumatisée, il entama alors un véritable combat pour la paix, qui lui valut une immense popularité dans le monde entier (couronnée par le prix Nobel de la paix en 1926) et il y gagna son surnom de « pèlerin de la paix ». Sa politique de rapprochement franco-allemand et de réconciliation européenne qui a été souvent prise pour de l’idéalisme ou de dangereuses rêveries reposait au contraire sur une appréciation fort réaliste des rapports internationaux au lendemain de la guerre. « Sécurité d’abord fut sa maxime. Il ne s’en est pas écarté », dira André Tardieu à l’occasion de ses funérailles. → plus

 Pour une école de l'exigence intellectuelle

Conférence de Jean-Pierre Terrail, le 16 mars 2018, de 18h30 à 20h30, Amphi C de l'Université d'Évreux

  • bureau-up
  • Samedi 27/01/2018
  • 20:29
  • Lu 800 fois
  • Version imprimable


La conférence prévue le 9 février et reportée au 16 mars 2018 en raison des intenpéries
On ne discute guère aujourd’hui des missions de notre système éducatif autrement que pour rappeler ses responsabilités dans la préparation des qualifications requises par le marché du travail, ainsi que dans le maintien de la paix sociale et de la cohésion nationale. 

Ma démarche part d’une autre conviction : celle de l’exigence, dans le monde d’aujourd’hui, d’une éducation scolaire pour tous de haut niveau, qui ne vise pas d’abord à inculquer des messages, mais à former des capacités instruites de réflexion et d’analyse. 

Nos sociétés n’ont pas d’avenir sans changements profonds dans nos façons de produire, de créer, de consommer, de vivre et de décider ensemble, et ces changements appellent une élévation massive et générale de nos ressources intellectuelles. L’aptitude de chacun, et non plus seulement d’un cercle d’experts, à repenser le monde et à innover devient décisive. 

L’indispensable démocratisation de notre système éducatif bute depuis des décennies sur des obstacles qu’il faut identifier si l’on veut pouvoir les lever…

Jean-Pierre Terrail est sociologue. Il est l'auteur de très nombreux ouvrages consacrés à l'éducation.

 Montesquieu et la République

Conférence du 8 décembre 2017 par Didier Carsin

  • bureau-up
  • Dimanche 03/12/2017
  • 16:29
  • Lu 687 fois
  • Version imprimable


Conférence proposée par Didier Carsin, professeur de philosophie en classes préparatoires.

La République n'est qu'un vain mot quand elle n'est pas soutenue par ce que Montesquieu appelle la "vertu" des citoyens, c'est à dire l'amour des lois. En établissant qu'elle est son "principe", Montesquieu montre ainsi que la république n'a d'autre existence et d'autre lieu que le coeur des citoyens. Pourquoi la vertu est-elle nécessaire à la république? Comment parvenir à faire des citoyens vertueux, et est-ce encore possible? Telles sont les questions que nous examinerons lors de cette conférence.


Les conférences se déroulent à l'université d’Évreux - Entrée libre et gratuite

 La justice dans la philosophie de Michael Sandel

Conférence du 10 novembre 2017 par Dominique Jouault - Amphi C de l'Université d'EVREUX - 18h30

  • bureau-up
  • Dimanche 03/12/2017
  • 15:42
  • Lu 928 fois
  • Version imprimable


Si un homme réclame la possibilité de vendre un de ses organes , certains répondront que cela est juste parce que cela ne nuit pas à autrui et que cela peut même sauver une vie. Cependant d'autres s’opposeront à la décision de vendre ses organes en disant que cela est immoral. La personne humaine ne peut faire l'objet d'un marché mais seulement se donner. Elle ne peut être échangée contre de l'argent. Les religions et l'humanisme  nous commandent de respecter le corps humain en affirmant que cela est juste et ils interdisent de vendre des organes humains ou de les acheter.  Mais si toutes les personnes ne sont pas d’accord pour dire ce qui est juste, comment savoir ce qu’est la justice ? Comment exiger la justice si nous ne savons pas ce qu’elle est ? → plus

 La violence sociale

Conférence de Jacques Cotta le vendredi 9 juin 2017

  • bureau-up
  • Samedi 03/06/2017
  • 12:00
  • Lu 725 fois
  • Version imprimable


«Pour mon documentaire, « dans le secret de la violence sociale », j'ai rencontré des centaines d’ouvriers. Leur point commun, le combat pour survivre contre des plans patronaux faits pour les jeter à la rue et fermer leur usine… Sony, Molex, Caterpillar, Sodimatex, Continental dans les années 2010 avec les occupations, les séquestrations, les manifestations… Plus récemment, Air France et la chemise de son DRH, ou encore Goodyear… → plus

 La laïcité

Conférence de Chritophe Miqueu, le 12 mai 2017

  • bureau-up
  • Samedi 06/05/2017
  • 18:39
  • Lu 902 fois
  • Version imprimable


Comment comprendre la laïcité près de 150 ans après l’invention du terme ? Pourquoi ce néologisme a-t-il contribué à insuffler une dynamique démocratique dans la mise en œuvre concrète de l’idéal républicain en France, notamment par le biais de l’école ? En quoi revenir aux fondements de ce projet politique et social peut-il permettre tout à la fois de comprendre un concept complexe et d’envisager son déploiement aujourd’hui, en réinscrivant la question sociale au cœur de la République ?
→ plus

 Le travail mort

Travail vivant et capital: la structure fondamentale du mode de production capitaliste. Quelques perspectives historiques

  • bureau-up
  • Samedi 04/03/2017
  • 11:30
  • Lu 715 fois
  • Version imprimable


Conférence du 10 mars 2017 - 18h30 - Université d'Évreux - Amphi C

En tant qu’il est la soumission du travail vivant au travail mort, le capital est éminemment mortifère. Marx le dit : il détruit les deux sources de la richesse, la terre et le travail. Le seul horizon qu’il laisse est celui d’une planète dévastée par la voracité du capital qui ne connaît pas d’autre loi que l’accumulation pour l’accumulation et, en même temps, il annonce l’obsolescence de l’homme – ce que nous disent à leur manière tous ceux qui nous invitent à entrer dans le « post-humain ». C'est en se plaçant de ce point vue fondamental, celui de la structure de la société contemporaine, que l'on peut tenter de répondre aux querelles actuelles sur le travail et la prétendue fin du travail.

Denis COLLIN

 Séminaire Freud - L'avenir d'une illusion - séance 4

Lecture proposée par Marie-Pierre Frondziak - Vendredi 27 janvier - 20h / 22h

  • Collin
  • Lundi 23/01/2017
  • 04:46
  • Lu 654 fois
  • Version imprimable


Cette séance sera consacrée à l’étude des chapitres VI et VII, dans lesquels Freud va s’attarder plus longuement sur le concept d’illusion. Ainsi dans le chapitre VI, il va faire la distinction entre l’erreur, l’illusion et l’illusion délirante et va essayer de montrer en quoi consiste la force interne des dogmes religieux, qui semblent pourtant « déborder » la raison et à quelles circonstances ces dogmes « doivent leur efficacité indépendante de leur reconnaissance par la raison ». Dans le chapitre VII, Freud va soutenir que la religion est une illusion et que sa mise en cause ne sape pas les fondements de la civilisation, laquelle peut désormais prendre appui sur la science. → plus

 La critique de la religion

Une approche critque de l'islam. Conférence du 10 février 2017 par Yvon Quiniou

  • bureau-up
  • Mercredi 18/01/2017
  • 19:35
  • Lu 861 fois
  • Version imprimable


Face à un retour inédit de la religion dans la sphère politique en Occident, sous une forme rétrograde, et d’une radicalisation meurtrière de l’islam, il convient de refuser la complaisance des autorités à son égard et de revenir à une critique intransigeante de celle-ci. Soit à partir de la philosophie des Lumières (Hume, Kant par exemple), soit à partir de l’explication qu’en ont fournie les grands penseurs du19ème siècle : Feuerbach, Marx, Nietzsche, Freud. Et il ne faut pas craindre de l’étendre à l’islam. Dans tous les cas, ont s’apercevra que leur bilan est négatif : contestation de la science, superstition, hostilité à la vie, soutien aux pires régimes politiques. Issues de la détresse d’un homme aliéné, elles n’auront fait que renforcer cette détresse.
→ plus

 La révolution agricole

Conférence de Philippe Collin le 16 décembre 2016

  • bureau-up
  • Jeudi 10/11/2016
  • 16:40
  • Lu 706 fois
  • Version imprimable


Des enclosures du XVIe siècle au Royaume Uni aux émeutes de la faim en 2008 en passant par les reprises des assassinats des Paysans sans Terre au Brésil, les questions agricoles et alimentaires sont et ont été souvent au cœur des grands bouleversements économiques et politiques. La " révolution verte" du XXe siècle à suscité autant d'enthousiasme qu'elle suggère aujourd'hui de rejets et de remise en cause. La "révolution doublement verte" veut s'imposer pour corriger les défauts de la première. Quels sont les enjeux des questions alimentaires et agricoles du XXIe siècle? Entre la mondialisation totalitaire des échanges agricoles et les locavores qui veulent s'approvisionner dans un rayon local , quels changements sont possibles dans notre façon de produire et de consommer?
→ plus

 La cinquième leçon sur la psychanalyse

Lectures de Freud - 6e séance, par Marie-Pierre Frondziak

  • bureau-up
  • Samedi 07/05/2016
  • 10:30
  • Lu 737 fois
  • Version imprimable


Cinquième leçon. - Nature et signification des névroses. La fuite hors de la réalité. Le refuge dans la maladie. La régression. Relations entre les phénomènes pathologiques et diverses manifestations de la vie normale. L'art. Le transfert. La sublimation

 


Salle Jacqueline Duval, Mairie d'Évreux, vendredi 13 mai, de 20h à 22h.

 Une sociologie sans société?

Conférence de Mickaël Sylvain, vendredi 20 mai 2016

  • bureau-up
  • Jeudi 28/04/2016
  • 16:17
  • Lu 631 fois
  • Version imprimable


La modernité a contribué à produire un individu plus autonome, singulier et réflexif. A un processus d’individuation que Durkheim avait mis en évidence dès la fin du XIXe siècle, est venu s’ajouter pour certains sociologues, un processus d’individualisation caractéristique depuis les années 1960, d’une seconde modernité. Cette nouvelle modernité favorise une inflexion du travail sociologique vers l’individualisme sociologique au point que le concept de société apparaît pour ces auteurs comme un concept « zombie » (Beck). La sociologie a-t-elle encore besoin du concept de société ? La sociologie contemporaine est-elle devenue une sociologie sans société ?
→ plus

Plus d'articles :

Programme 2018

G U E R R E E T P A I X
Vendredi 1 février 2019, 18h30 - 20h30 La guerre mondialisée au XXème siècle : trois guerres mondiales sans paix globale par Jean-Jacques RENOLIET, professeur d’Histoire - Géographie
Vendredi 15 mars 2019, 18h30 - 20h30 Les aventures de Tintin, reflet des tensions et des conflits du XXème siècle par Jean-Jacques RENOLIET, professeur d’Histoire - Géographie
Vendredi 5 avril 2019, 18h30 - 20h30 Lutte des classes – Guerre des classes par Denis COLLIN, professeur de philosophie
Vendredi 10 mai 2019, 18h30 - 20h30 Les artistes face à la guerre au 20ème siècle par Thierry CATTAN, professeur de philosophie
Vendredi 7 juin 2019, 18h30 - 20h30 L’économie de la guerre par Mickaël SYLVAIN, professeur de sciences sociales et économiques