S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Les livres de l'Université Populaire d'Évreux


Archives par mois


 La justice dans la philosophie de Michael Sandel

Conférence du 10 novembre 2017 par Dominique Jouault - Amphi C de l'Université d'EVREUX - 18h30

  • bureau-up
  • Vendredi 27/10/2017
  • 19:58
  • Lu 120 fois
  • Version imprimable
 


Si toutes les personnes ne sont pas d'accord sur ce qu'est la justice, comment l'exiger? Dans un état démocratique, la justice est l'égalité devant la loi. La démocratie est un état de droit. Mais être juste, est-ce seulement suivre la loi ou bien une exigence morale qui peut être en opposition avec la loi? Dans les meilleurs démocraties, nous voyons des conflits entre ce que nous estimons juste et ce que peut exiger la loi. Nous pourrions penser que les sociétés modernes multiculturelles ne peuvent se mettre d'accord sur ce qui est juste moralement: les religions, le coutumes sont trop diverses. Il faut donc se proposer pour but de la justice non pas la morale d'un bien commun reconnu par tous mais un consensus social permettant à chaque religion, chaque ethnie, chaque individu de chercher la justice qui lui est propre comme étant sa représentation particulière de la morale. La justice est un droit neutre moralement de sorte que personne ne puisse contester la loi. La loi se limite à ce que les uns ne nuisent pas aux autres de sorte que chacun puisse librement chercher ce qu'il considère comme un bien dans sa vie. Nous voyons donc  s'opposer une justice juridique à une justice morale. La justice morale relie les hommes dans une communauté politique: la personne se forme à l'intérieur de cette communauté. La justice est un partage. La justice juridique est une somme d'individus indifférents les uns aux autres et n'ayant entre eux que des revendications de libertés individuelles. L'individu est premier par rapport à la société qui ne doit pas s'immiscer dans ses affaires privées. Nous pouvons distinguer une justice plutôt sociale et une autre plutôt libérale, la première est partagée par une communauté, la seconde se veut en dehors de la morale, un droit protecteur des libertés individuelles. Mais la neutralité de la loi pourrait être l'expression du refus de dialoguer ou d'une pensée selon laquelle il n'y a pas de dialogue possible entre les hommes et les cultures. Elle pourrait conduire à une absence de solidarité entre les personnes.  Nous réfléchirons sur la justice en étudiant la pensée du philosophe américain contemporain Sandel, professeur à Harvard. Sa pensée défend la justice comme capacité de faire communauté, comme vertu morale et solidarité,   comme volonté politique de réfléchir ensemble à un bien commun.

 


Partager cet article


Programme

Vendredi 6 octobre 2017, 18h30 - 20h30 Le Revenu d'existence par Mickaël Sylvain, professeur de sciences économiques et sociales Vendredi 10 novembre 2017, 18h30 - 20h30

La Philosophie de Michael Sandel par Dominique Jouault, professeur de philosophie

Vendredi 8 décembre, 18h30 - 20h30 Montesquieu et la vertu par Didier Carsin, professeur de philosophie

Les conférences ont lieu à l'université d'Evreux, rue du 7ème chasseur quartier Tilly.

------------------

Chaque conférence dure environ une heure et est suivie d’une discussion avec l’intervenant.

Site de l’Université Populaire : http://up-evreux.viabloga.com

Pour nous écrire : universitepopulaireevreux@gmail.com