S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Les livres de l'Université Populaire d'Évreux


Archives par mois


 Le nazisme et les camps

Conférence du 13 mai 2011

  • bureau-up
  • Lundi 02/05/2011
  • 12:22
  • Lu 2106 fois
  • Version imprimable
 


 L'écrivain Primo Levi a écrit : "Il n'est ni facile ni agréable de sonder cet abîme de noirceur (...) On est tenté de détourner les yeux et de tourner ailleurs son esprit : c'est une tentation qu'il faut repousser". Lors de cette conférence nous nous intéresserons à la mise en oeuvre progressive du processus de déportation et d'extermination. Dans un premier temps, le système concentrationnaire s'incrit dans une politique globale de répression des dissidences intérieures au Reich et des résistances de l'Europe occupée. Il est ensuite mis au service de la plus vaste entreprise génocidaire que l'Humanité ait connue. Si l'historien Bartov a redouté que le génocide "nous laisse dans un état de stupeur, privés du pouvoir de la pensée et de l'imagination" en constituant une césure irrémédiable dans l'histoire contemporaine, il nous faudra néanmoins tenter d'en saisir les implications pour le monde moderne.   

 

Olivier Lechevallier- professeur d'histoire

Vendredi 13 mai 2011
de 18 h 30 à 20 h30
Université d'Évreux - Amphi C

 

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Programme 2018

G U E R R E E T P A I X
Vendredi 1 février 2019, 18h30 - 20h30 La guerre mondialisée au XXème siècle : trois guerres mondiales sans paix globale par Jean-Jacques RENOLIET, professeur d’Histoire - Géographie
Vendredi 15 mars 2019, 18h30 - 20h30 Les aventures de Tintin, reflet des tensions et des conflits du XXème siècle par Jean-Jacques RENOLIET, professeur d’Histoire - Géographie
Vendredi 5 avril 2019, 18h30 - 20h30 Lutte des classes – Guerre des classes par Denis COLLIN, professeur de philosophie
Vendredi 10 mai 2019, 18h30 - 20h30 Les artistes face à la guerre au 20ème siècle par Thierry CATTAN, professeur de philosophie
Vendredi 7 juin 2019, 18h30 - 20h30 L’économie de la guerre par Mickaël SYLVAIN, professeur de sciences sociales et économiques